Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Armant
  • L'Armant
  • : Textes en ligne : - "NEED", monde cyber-technologique, sur fond de despotisme répressif... -"Ex Nihilo...", sorte de court métrage littéraire. -"T.E.O.T" : bienvenue dans la "réalité"... Présentation de mes autres projets d'écriture: - l'Armant - La Quête - Nihil - Stophos
  • Contact

Actualités

L'Armant : Achevé    

Nihil  : Achevé

La Quête : en cours (tome 3)

Stophos Achevé

NEED  En cours (tome 1)

Ex Nihilo...  Achevé 

T.E.O.T  en cours (en stand by...)

 

Liens non littéraires

8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 20:36

 

« Incroyable… »

Cette pensée résonne longtemps dans le néant qui sert de corps à la créature.

Elle regarde deux petites boules de matière que l’attraction entraîne inexorablement l’une vers l’autre.

 

Elle a dû manquer un lancer à un moment donné.

L’erreur n’est donc pas le propre de l’Homme…

 

Les deux petites boules de matière entrent violemment en collision.

Le bruit n’a pas sa place dans le vide, mais l’impact n’en demeure pas moins impressionnant. Rien à voir avec les explosions des sphères radioactives, qui aveuglaient la créature plus qu’autre chose. Là, elle peut tout voir. Et réaliser ce qui vient de se produire. Certains débris sont entrainés vers l’énorme masse gazeuse autour de laquelle ils gravitaient. Les autres continuent tant bien que mal leur course, entrant parfois en collision avec les autres boules qui peinaient à maintenir leur orbite dans ce système déséquilibré par la perte de deux corps célestes dont la masse volumique, et donc le pouvoir d’attraction, était loin d’être négligeable. Les débris peuplent le ciel, mais ils fusent tous vers la boule de gaz gigantesque qui leur fait face. Ils plongent en son sein, se noyant dans cette brume opaque. La créature regarde le spectacle un moment, puis elle décide de sauver les morceaux de matières que le Hasard a mis si longtemps à fabriquer. Elle fait son possible pour récupérer un maximum de débris et les remettre en orbite aussi rapidement que faire se peut.

Afin de limiter les risques de collision entre les corps célestes, elle entreprend de les lancer dans un même plan. L'étude des forces gravitationnelles du système est bien plus simple ainsi.

Cette opération l’occupe un certain temps. Ou un temps certain, suivant comment on voit les choses. Mais elle finit néanmoins à remettre une à une les masses rocheuses en orbite.  

Elle s’épongerait sans doute le front à la fin de ce dur labeur si elle pouvait transpirer.

 

Elle décide de prendre un peu de recul, pour contempler son œuvre.

« Incroyable… »

 

Un double anneau concentrique fait de la multitude de déchets rocheux orne maintenant la géante gazeuse.

Elle passe un temps incommensurable à regarder les anneaux sous tous les angles possibles et imaginables. Elle regarde la lumière jouer sur leur surface. Elle regarde aussi l’ombre que la planète gazeuse projette sur les deux disques.

L’ombre… Encore une nouvelle découverte…

Dans son monde uniquement peuplé de boules lumineuses, elle n’y avait jamais prêté la moindre attention. L’ombre de la pierre noire, projeté sur le néant, n’était pas véritablement perceptible. Mais là… Là… C’est sur les anneaux que l’ombre se pose. Et le contraste est véritablement saisissant.

Elle explore cette zone d’ombre, et c'est ainsi qu'elle admire la première éclipse qui lui ait été donné de voir, depuis l’extrême bordure septentrionale des anneaux de la planète.

 

Elle repense à son erreur, et aux conséquences qu’elle a eues sur son univers.

Un petit problème de poussée initiale lors de la mise en orbite des lunes.

Et le chaos émerge…

 

Elle repense à ce qu’elle vient de créer.

Elle repense aux doubles anneaux concentriques.

Elle repense à l’Ombre.

Elle repense à l’Eclipse.

                                                                                            

Elle repense à son erreur, et elle se dit que, finalement, elle ne la regrette pas.


Précédent: 3) Révolutions  

suivant:  5) Beauté

Partager cet article

Repost 0
Published by Decristo - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

shinro 30/03/2010 20:48



je suis un peu perturbé par le fait que l'on entre dans les pensées de cette ''chose'', je trouve que ça fait très humain comme type d'aprentissage, et que le Néant maintenant disparu trouve dans
cette chose un parfait opposé, que je trouve encore une foi trop humanisé.


Le fait de penser, rend cette ''chose'' moins impressionante car de mon point de vue, on peu s'y identifier, lors de ma première lecture il résidait en moi une curiosité gigantesque, parce que
justement j'avais du mal a me faire a cette ''chose et a son système de création dénué de sens, du moins a la base. Maintenant les choses prennent un sens logique pour l'être humain que je suis,
et j'avoue être déçu que le projet ex nihilo prenne des allures aussi calculées qu'une simple évolution. La ''chose'' viens de perdre a mes yeux tout ce qui faisait sa consistance, et j'essaye de
parler avec toute mon objectivité, même si ça ne parrais pas dans mes propos. Bref j'irais voir la suite, même si je dois dire que ça ne sucite plus ma curiosité. Je pense avoir trop été habitué
a des textes qui me dépassent et qui m'affollent, peut être ne vois je pas encore la mesure ou la démesure de ce texte. on verra. En tout cas ma première impression est que c'est bien écrit, mais
que ça ne s'oriente pas vers le coté impressionnant auquel je m'attendais.



Decristo 31/03/2010 00:09



Un grand merci pour ta totale sincérité que je (re)connais très bien ! ^^


J'ai bien peur que le côté impressionnant auquel tu t'attendais ne soit pas trop la finalité de tout ceci... Et qu'il n'y ait aucune démesure particulière à ce texte...


Après, il est certain que "cette" chose est très différente de la tienne (seuls ceux qui connaissent le travail de Shinro comprendront).


La notion d'évolution est plus ou moins incontournable, puisque la créature se retrouve à présent dans un monde cosntruit. Ce n'est plus comme au début, où on générait tout à partir de rien, et
où tout était nouveau. Elle a encore des choses à découvrir, mais plus rien à créer. C'était ça l'idée de ces textes. Je comprends que ça ne t'affole pas plus que ça.