Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'Armant
  • L'Armant
  • : Textes en ligne : - "NEED", monde cyber-technologique, sur fond de despotisme répressif... -"Ex Nihilo...", sorte de court métrage littéraire. -"T.E.O.T" : bienvenue dans la "réalité"... Présentation de mes autres projets d'écriture: - l'Armant - La Quête - Nihil - Stophos
  • Contact

Actualités

L'Armant : Achevé    

Nihil  : Achevé

La Quête : en cours (tome 3)

Stophos Achevé

NEED  En cours (tome 1)

Ex Nihilo...  Achevé 

T.E.O.T  en cours (en stand by...)

 

Liens non littéraires

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 22:08

« Et merde, encore un bug de l'interface graphique. 

 Tant pis… 

 Je ressayerai demain. On verra.

 Aaahhhhhhh… »

Il s’étire de toute l’amplitude de ses membres pour soulager ses muscles endoloris.

«  Hein !? 2h23 ? Putain ! Merde ! C’est ma première journée de cours, demain !

 Allez, hop ! Au plumard ! »

 

 

 

 

6 :34  Réveil.

La tête dans le cul, il absorbe les informations qui défilent sur son écran tactile à la même vitesse que sa tartine pompe le café de son bol.

 

_ Flash spécial : Des attaques visiblement planifiées par un groupe terroriste ont visé cette nuit des sites de stockage de munitions et de matériel militaire. Le nombre des attaquants n’a pu être déterminé. La liste des équipements dérobés est tenue secrète par le Gouvernement. Nous ne pouvons que spéculer sur la dangerosité de ceux-ci.

C’était Karl Simons pour N.I-TV. (Nedé Information)

 

« Aaaahhhhh… » Il baille à s’en décrocher la mâchoire.

« Bon! Beh !c’est parti ». Il éteint la télévision, enfile sa veste et prends son sac de cours avant de sortir de chez lui au pas de course.

            Les rues sont grises, la circulation importante, et cette odeur d’ordures qui plane incite à accélérer le pas. L’atmosphère est lourde, la pollution de l’air aujourd’hui est retenue par une épaisse couche de nuage qui empêche les rayons du soleil de les traverser.

 

Ce monde est pourri. Tout le monde fait mine d’avoir une vie tranquille. Mais tous souhaitent au fond d’eux un brin de changement. Des minables ! Personne n’ose défier le système. Tous écrasés sous le poids des heures de travail, où ils subissent la pression patronale comme des chiens au dressage. Les chiffres... Toujours les chiffres. On consomme pour oublier les soucis du quotidien, on planifie d’acheter nombre d’objets futiles dont l’utilisation sert de consolation pour les jours difficiles. Ils  endorment le peuple avec des pseudos problèmes pendant qu’ils écrivent de nouvelles règles plus contraignantes les unes que les autres.

Merde ! La vie c’est pas ça.

A regarder les autres j’ai envi de gerber.

 

Les mains dans les poches, les sourcils froncés et l’uniforme noir du lycée, lui donnent un air obscur et mauvais garçon. Arrivé aux portes de l’établissement, tous les élèves tournent leurs regards vers lui comme pour lui faire remarquer qu’il est le centre des préoccupations. Ce n’est pas le premier à franchir ces portes, émettant une aura obscure et arborant une allure violente. L’air de rien, il franchit la cour pour aller s’avachir sur le premier banc venu, en prenant le maximum de place possible pour que personne ne vienne polluer son oxygène. Quelques minutes plus tard la sonnerie retentit, et dans un soupir de mécontentement il ramasse son sac avant de regagner sa salle de cours.

 

 

 

            8 : 05 Cours de science.

 

«…Voilà ce que l’on appelle la théorie de l’évolution de Darwin. Cette théorie bien que souvent décriée par de nombreux scientifiques reste l’un des fondements de la compréhension de l’évolution des espèces… »

Les élèves tapent sur leur ordinateur le cours dicté par le professeur de science. C’est un homme mince élancé avec de longs cheveux blanc qui témoignent de son âge avancé. Sa blouse blanche et ses lunettes rondes ramènent inexorablement aux vieux clichés que l’on se fait des scientifiques. D'une voix redondante il poursuit sa lecture sans se soucier de savoir si les élèves suivent, ou  portent un quelconque intérêt à son cours. De temps en temps, un élève se retourne pour jeter un œil sur le nouveau au fond de la classe. Peut être est il surpris de voir ce genre de personne solitaire et répulsive intégrer sa classe. Ou peut être est il simplement impressionné par le charisme qu’il dégage.  

 

            10 : 00 Pause.

 

Dans les couloirs c’est l’agitation. Garçons et filles se retrouvent pour partager tout un lot de banalité. Toujours les mains dans les poches et sans manifester le moindre intérêt pour quiconque, le jeune réfractaire traverse les couloirs en direction du toit de l’école afin de s’éloigner de tout ce bruit. Soudain, une main vient se poser sur son épaule, et d’un réflexe quasi conditionné il se retourne d’un geste brusque. La personne tombe à la renverse avant de s’adresser à notre protagoniste avec une certaine difficulté. 

«  Tu, tu, tu… tu es bien Den ? Hein ? »

«  … »

Le regard fixé sur son interlocuteur le nouveau ne répond pas.

 

«  Je, je suis Fredrick, Fredrick Goldberg. Tu, tu ne te souviens pas ? Fred le... le binoclard en...en primaire, hein ? Nous sommes dans la même classe, donc je me disais que… »

« Fred? Connais pas. Alors lâche moi tu veux ! »

Après ces mots il tourne les talons et continue son chemin vers le toit du lycée. Fredrick, qui attendait sûrement une autre réponse de sa part, se relève durement tout en tapotant la poussière sur son uniforme.

«  Mince ! Je suis sûr que c’est bien lui. Qu’est-ce qui lui prend ? Il n’a pas pu oublier. 

En tout cas il a bien changé depuis son déménagement. Et puis c’est quoi ces manières ? '' …lâche moi tu veux…'' Hum, bon on verra bien, pour l’heure je ferais mieux de rechercher les infos pour ce soir. »

 

Sur le toit accroupi dans un coin, Den, le nouveau, regarde les informations sur son holophone,  un téléphone portable qui a aussi comme fonction de retransmettre les appels visio et la télévision sous forme d’hologrammes. Il en existe plusieurs modèles, dont la forme la taille, et les fonctions peuvent différer.

 

« Plus de détails sur les attaques qui ont visé les sites de stockage d’armement la nuit dernière. Il semblerait qu’aucun groupe terroriste n’ait encore revendiqué l’attaque, mais selon les forces spéciales de la ville de Nedé il s’agirait peut être d’un tout nouveau groupe rebelle armé issu des colonies qui se nommerait l' A.R.P. Aucun porte parole ne s’est manifesté, en revanche une partie de la liste des biens dérobés nous a été communiquée par le gouvernement, bien que les sites pillés soient toujours tenus secrets. Parmi les objets volés, il y aurait du matériel informatique de dernière génération, ainsi que les plans d’un prototype d’armure mobile. Selon le gouvernement, personne à part l’armée ne possède les moyens nécessaires  pour exploiter un tel matériel. Il n’y aurait donc rien à craindre. Cet après midi, une conférence de presse sera donnée par l’un des dirigeant de l’armée secondaire dans les locaux de la Dorépan corporation de Nedé, afin d’établir un constat sur les récents évènements.

C’était Karl Simons pour N.I-TV »

 

 Pff ! Foutaises. Qui serait assez con et assez fou pour braquer à l’armée du matériel qui serait inutilisable. Les colonies ? Ils se foutent de nous, là ? En tout cas y a un truc qui se passe, et ça promet d’être intéressant... 

Den éteint son portable, et se met à penser au monde ennuyeux qui l’entoure avant de repartir en cours. 

 

 

 

 

précédent : NEED 6 : changement (partie 3)

suivant :   NEED 8: Den (partie 2)

Partager cet article

Repost 0
Published by Decristo - dans NEED
commenter cet article

commentaires